Un bébé “green”, mes astuces pour pouponner-écolo

C’est horrible, mais un bébé peut s’avérer très polluant si on n’y prend pas garde… Voici les quelques petites choses que j’ai mises en place pour accueillir mes enfants en restant le plus proche possible de mes valeurs “vertes”. De plus, il s’avère qu’agir ainsi nous à permis de faire de grosses économies !

1. Différencier vrais besoins et superflu

Quand on attend un enfant (et surtout si c’est le premier), on se retrouve souvent noyé sous les questions durant les préparatifs. Assailli de messages publicitaires et marketing, on a parfois l’impression que si on a pas tel ou tel matériel de puériculture, on ne sera pas un bon parent. Forcément, on veut le meilleur pour notre bébé à venir…mais est-ce que la dernière veilleuse hypra-connectée ou la poussette à 1000 balles sont vraiment le meilleur ? Et surtout est-ce bien nécessaire ?

De notre côté, nous avons définis que l’indispensable pour accueillir bébé dans de bonnes conditions étaient :

  • un lit
  • un meuble pour accueillir ses affaires
  • une écharpe de portage
  • des vêtements
  • un tire-lait
  • des couches lavables

Le reste étant superficiel à nos yeux. Établir ce genre de liste en réfléchissant à ses besoins réels peut grandement aider à moins consommer et à consommer mieux.

2. Vive la récup’ !

Pour les achats de bébé, nous avons privilégié les objets de seconde main. Sur des sites de revente entre particulier on trouve des meubles, des vêtements, des poussettes, des jouets en parfait état et à très bon prix ! Les vêtements de bébé sont très peu portés et rarement abîmés, les acheter d’occasion évite de produire des déchets inutiles et de sur-consommer. On peut également se balader dans les vide-greniers, une mine d’or pour refaire la garde robe des enfants sans se ruiner et sans polluer et on y trouve aussi souvent jeux et livres…

3. Vive le prêt ou l’échange !

N’hésitez pas à proposer aux autres parents de votre entourage de s’échanger ou de se prêter du matériel de puériculture… Par exemple, j’ai prêté à une amie notre doomoo (un espèce de pouf-transat) qu’mon fils n’utilisait plus jusqu’à ce que j’en ai à nouveau besoin. De son côté mon amie m’a prêté tout un carton de vêtements de grossesse. De la même façon, j’ai récupéré pas mal de vêtements qui avaient appartenu aux enfants de ma cousine… Tout cela évite d’acheter et donc de produire des déchets !

4. Faire son liniment soi-même : la recette est par ici

5. Opter pour les couches et les lingettes lavables. Savez-vous qu’un enfant en couches jetables produit 1 tonne de déchets non-biodégradables ?! J’ai partagé mon expérience et mes conseils ici.

6. Faire ses petits pots soi-même ou choisir la diversification menée par l’enfant.
Plutôt que d’acheter des petits pots tout fait, faire ses purées et compotes soi-même à l’avantage de savoir ce que vous mettez dans l’estomac de votre enfant et de ne lui donner que des fruits et légumes de saison ! Si on achète local et bio c’est encore mieux ! Pour notre deuxième enfant, nous avons choisi de pratiquer la diversification menée par l’enfant… C’est encore plus pratique et cela évite le problème du stockage des purées et compotes dans des petits pots. Moins de petits pots, moins de déchets ;-). (Pour en savoir plus sur la DME c’est par ici)

7. Évitez les goûters industriels sur-emballés
De même que pour les purées et autres mets fait-maison, rien ne vaut un goûter fait par papa et maman !

8. Privilégier des jeux et jouets issus d’industries (ou d’artisans) locales et respectueuses de l’environnement. Il existe de plus en plus de marques proposant des jouets en matériaux recyclés ou en bois provenant de forêts locales et éco-gérées.

9. Pour les mamans allaitantes, choisissez des coussinets d’allaitement lavables et des pots de conservation en verre si vous devez tirer votre lait.

10. Limiter les bains
J’ai toujours trouvé ça bizarre qu’on baigne son bébé (qui ne court pas vraiment le marathon on est d’accord ) tous les jours ! Un jour sur deux suffit amplement et cela permet (en plus de limiter l’irritation de sa peau) d’économiser de l’eau !

11. Pas besoin de cosmétique !
On cherche à nous vendre tout un tas de crèmes, de savons, de parfums pour bébé… Mais nos petits bouts n’en ont absolument pas besoin (rien ne vaut l’odeur naturelle de son bébé !). Un peu de liniment pour nettoyer les fesses, débarbouiller des mains sales et hydrater une peau un peu sèche et un savon solide (type savon de Marseille ou savon au lait d’ânesse) suffises…

Voilà ce que nous avons mis en place à la maison. Avez-vous d’autres conseils et astuces pour pouponner écologiquement ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *