“J’ai peur du noir”

Alors que nous n’avions jamais rencontré de problème de coucher ou de sommeil avec mon fils, depuis quelques mois, il s’est mis à avoir “peur du noir”. Si bien que nous avons pu constater plusieurs fois qu’il avait dormi la lumière allumée une partie de la nuit… Cette peur est fréquente et plutôt normale à cet âge… Cela ne nous inquiète pas plus que ça. Mais voici ce que nous avons mis en place pour l’aider à passer des nuits paisibles.

– La parole :
Prendre le temps chaque soir de parler de sa journée, des choses qui lui ont plu de celles qui ont pu l’angoisser.

– Les jeux d’ombres
À l’aide d’une lampe de poche, observer quelles ombres peuvent faire les objets de sa chambre dans le noir (et constater ainsi qu’en fonction de la direction de la lumière, ils peuvent prendre de drôles de formes, parfois inquiétantes, mais qu’ils restent des jouets et des objets ordinaires).

– Laisser ses rideaux et volets ouverts.
Nous n’avons pas voulu investir dans une veilleuse. Mais nous lui avons proposé de laisser les rideaux ouverts. Ainsi, il s’endort avec la lumière du jour et sa chambre reste “éclairée” par la lumière de la lune la nuit. Le seul hic avec cette solution est que sa chambre s’éclaire avec le levé du soleil. Pour notre fils qui s’est toujours levé avec les poules (lumière ou pas), ça ne change pas grand chose à son rythme mais ça peut poser problème pour un enfant qui serait plus lève tard…

– Lui laisser une lampe de poche “au cas où”. Rien que l’idée de l’avoir le rassure. Elle est plus facilement atteignable que l’interrupteur de sa lampe de chevet qu’il peinait à trouver dans le noir. Et depuis qu’il l’a il n’a plus jamais dormi avec sa lampe de chevet allumée. De plus la lampe de poche que nous lui avons donné ne s’allume que s’il garde le bouton enfoncé, du coup même s’il s’endort avec la lampe de poche allumée, celle-ci s’éteint dès que son sommeil lui fait relâcher la pression…

– Dédramatiser. En lisant des livres sur le sujet et en lui faisant écouter la chanson d’Aldebert “j’ai peur du noir”, nous lui avons expliqué que si tant de livres et de chansons parlent de ce sujets c’est que cette peur est normale et banale. Nous lui avons aussi dit qu’à nous aussi il nous arrive d’avoir peur dans le noir. Et surtout que nous avons confiance en lui et que nous sommes certains qu’un jour il réussira à gérer cette peur et qu’en attendant nous sommes là pour l’aider.

Et vous, avez-vous rencontré ce problème ? Qu’avez-vous mis en place ? Des conseils à nous donner ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *