10 juillet 2017

Nos indispensables pour un festival en famille

C'est l'été, le temps des concerts et festivals est arrivé !
Chaque année, nous prenons beaucoup de plaisir à participer à des événements culturels en plein air. Ce sont de vrais moments festifs et joyeux mais qui necessitent un minimum de préparation si on veut vraiment en profiter sans que ça vire à la grosse galère !

Voici donc nos indispensables pour passer de bons moments en famille en toute sécurité :

- Protection solaire :
Qui dit été + plein air dit nécessité de se protéger correctement du soleil. Pour cela nous emportons toujours avec nous : crème solaire indice 50+, lunettes de soleil pour toute la famille et chapeaux ou casquettes pour tout le monde.

- Protections auditives :
A chaque concert que nous faisons, je suis choquée de voir a quel point la protection des oreilles des petits est négligée. De notre côté, nous avons investi dans des casques de protection auditive spécialement conçu pour les enfants. Et dans nos oreilles à nous : des bouchons !

IMG_0506

- Cartes SOS enfants perdus :
Ma plus grande crainte lorsqu'on se rend dans des endroits où il y a foule, c'est de perdre un de mes enfants. Afin de limiter les risques, je leur ai créé des petites cartes "enfants perdus". Ce sont de petites cartes plastifées contenant le nom et prénom de mes enfants et nos coordonnées. Je les épingle à un de leur vêtement lorsqu'on se rend dans un endroit où je sais qu'il va y avoir beaucoup de monde et où des mouvements de foule sont susceptibles de se produire. Ainsi, si les enfants se perdent et qu'un adulte les trouve, nous pourrons être contactés au plus vite. Lorsque nous arrivons sur le lieu, nous leur montrons aussi comment repérer les agents de sécurité de l'événement et/ou les membres de l'organisation. Ainsi ils savent que s'ils se perdent, c'est eux qu'il faut aller trouver en priorité pour se faire aider.

Carte-enfant-perdu
- Transport et fatigue :
Nous prévoyons en général une petite poussette canne et notre porte-bébé ergobaby. Cela permet aux enfants de pouvoir se reposer quand ils en ont marre de marcher. Nous prenons les deux car cela permet à Eliot de pouvoir en profiter aussi. En effet, même s'il a 5 ans, en fin de journée il est souvent épuisé. Sa soeur passe alors dans le porte-bébé et il peut profiter de la poussette.

- Hydratation et petits creux :
Si les festivals ne manquent pas de buvettes et de propositions de snack en tout genre, nous prévoyons quand même un pic-nique et un goûter et surtout de quoi boire. Pour cela nous avons deux gourdes : une grosse de 1,5 L et une petite de 0,5 L plus maniable pour les petites mains.

- Patience et divertissements :
Si les festivals ne manquent en général pas de coins jeux et autres divertissements, il arrive cependant qu'on doivent patienter entre deux activités, deux concerts...Pour cela, dans le sac à dos nous prévoyons toujours : un jeu de cartes (type 7 familles), un ou deux petits livres, une trousse de crayons et un cahier.

Voilà, avec tout cela, vous devriez être prêts et équipés pour passer un bon moment de festival en famille !


03 juillet 2017

La nouvelle aventure

Quand j'étais gamine et qu'on me demandait ce que je voudrai faire quand je serai grande, je répondais tantôt "archéologue-indiana jones" tantôt "maîtresse d'école - bibliothécaire".

Une fois adulte j'ai poursuivi mes études en métriers du livres et en conduite de projet culturel. Après être passée brièvement en bibliothèque, j'ai travaillé dans l'associatif et j'y ai rencontré beaucoup de belles personnes. A la naissance de mon fils, je me suis lancée le défi un peu fou-fou de transformer ma passion pour la couture en activitée professionnelle. Cela m'a permis de rester auprès de mon bébé et de travailler la plupart du temps de chez moi. Encore une fois j'ai rencontré plein de gens intéréssants et créatifs. Ce fut deux très belles années mais j'ai toujours su que ce serait du provisoire...

Mon congé parentale avec tout ce qu'il a eu de merveilleux et difficile m'a permi de réfléchir à ce que je pourrai bien faire de ma vie, maintenant que ça y est "je suis grande".

J'ai repensé à mes rêves d'enfant et encouragée par l'Amoureux je me suis inscrite au concours du CRPE pour devenir professeur des écoles. Des obstacles il y en a eu...des tas ! Lizon qui ne dormait pas, le peu de temps pour réviser, le fait de le passer dans une académie très difficile à avoir (peu de postes et une note d'admission très élevée pour l'obtenir...) le manque de confiance en moi...Mais je me suis accrochée en me disant que je le passerai en deux ans. A ma grande surprise j'ai réussi les écrits ! A ma plus grande surprise, j'ai cartonné aux oraux. Ce qui m'a non seulement permis d'avoir ce concours du premier coup mais en plus d'obtenir un poste dans mon département et pas trop loin de chez moi.

Depuis l'annonce des résultats, je suis complètement dans un autre monde ! Je suis ravie. C'est une nouvelle vie qui commence, un nouveau job (et quel job !!) et une nouvelle aventure !

Je suis donc désormais Professeur des écoles stagiaire et je vais avoir la chance d'enseigner à une classe de grande section de maternelle à la rentrée prochaine ! Je suis tellement heureuse et tellement fière de moi...

quand_je_serai_grande_je_serai_ma_tresse_350x254

Posté par rayures-et-pois à 14:21 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 avril 2017

Deux ans de toi mon petit chat

Samedi dernier, tu as fêté tes 2 ans ! Une partie de la famille était réunie pour célébrer cet événement... Et moi, j'ai passé le week-end a tenté de réaliser que 731 jours se sont écoulés depuis que tu es venue au monde ! Et à vrai dire, je n'en revient toujours pas !

Pour ce jour de fête, nous avons choisi le thème "chat noir / chat blanc" car c'est ton animal préféré : ton doudou est un chat en peluche et c'était même ton tout premier mot !

DSC_0081
Pour la déco, du noir, du blanc grâce à un assortiment d'assiettes, de serviettes et de pailles en cartons graphiques trouvées chez Hemma. Pour la gourmandise deux gâteaux chats et des muffins décorés...(Je partagerai les recettes sur le blog très bientôt ;-) )

tablechat

gateaux_chats

Muffins_chats
Tes yeux ont pétillé, tu as beaucoup ri et ça nous a rempli de bonheur de te voir si épanouie, si grande et si lumineuse.

Ta venue au monde a boulversé notre vie et ces deux dernières années tu nous as poussé à nous remettre en question, toi qui était si différente de ton grand frère, si intrépide pour ton jeune âge et si déterminée. Merci, car grâce à toi et à toutes les tempêtes que nous avons traversées pour trouver notre rythme à 4, aujourd'hui on se connait mieux nous-même, nous nous sentons plus forts et plus unis autour de toi et de ton frère...

Tu es exceptionnelle, ne l'oublie jamais. Encore joyeux anniversaire ma sauvageonne aux cheveux fous !

DSC_0010

Posté par rayures-et-pois à 09:42 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 avril 2017

Et si on leur lâchait les baskets avec la tétine ?

C'est bien connu, on a des principes et un jour, nos enfants viennent au monde et les balayent d'un jet de vomi ou d'un cri strident... J'étais de celles qui affirment que son enfant n'aurait JAMAIS de tétine. J'y étais fermement opposée. Et puis mon ainé, son RGO, son besoin de succion plus que développé et mes douleurs mamaires ont eu raison de moi et la tétine est entrée dans notre maisonnée.

Elle est entrée dans notre vie et pas qu'un peu car mon fils n'a plus voulu s'en séparer. Pour être clair, Eliot avait sa tétine dans le bec presque tout le temps. Jusqu'à ses deux ans, personne n'avait rien à y redire. De notre côté, ça ne nous plaisait pas trop mais étant donné qu'Eliot était très à l'aise avec le langage (il faisait des phrases complètes à 18 mois) nous avons honteusement acheté la paix familiale en le laissant faire.

Et puis, autour de ses deux ans, la question de la tétine a commencé à entrer dans les conversations. Très souvent, les gens, qu'ils fassent partis de notre entourage ou qu'ils soient de parfaits inconnus, se permettaient des remarques sur cette fameuse tétine. "Il a encore une tétine, il serait temps d'arreter !", "attention il va avoir les dents en avant", "ça ne l'empêche pas de parler ?", "Mais tu es bien grand pour avoir encore une tétine, c'est pour les bébés !"...

Comme tout parent qui se respecte, nous nous sommes posés des questions, nous avons culpabilisé, nous avons tenté différents stratagèmes pour que notre bout de chou accepte d'abandonner cette tétine au moins à l'extérieur. Vous imaginez bien, que tous ces stratagèmes et négociations n'ont fait qu'augmenter son attachement à l'objet... Et puis, nous avons finalement lâché prise.

t_tine

Lorsqu'il est entré à l'école, il a naturellement voulu faire comme ses petits copains et il déposait sa tétine dans le casier prévu à cet effet. Au fil des semaines, nous avons remarqué qu'il n'en avait plus besoin en permanence. Un matin, il a décidé qu'il était grand et que tétine resterait à la maison. Au deuxième trimestre, il ne prenait plus sa tétine que pour dormir... L'été est arrivé et il nous a simplement annoncé qu'à la rentrée prochaine, il laisserait tombé sa tétine. Nous étions très fier de lui et nous l'avons encouragé sans pour autant lui en parler trop souvent, histoire de pas lui mettre de pression.

La veille de la rentrée, nous l'avons senti un peu stressé, angoissé. Il nous a dit : "je me sens prêt pour la moyenne section mais je crois que j'aurai encore besoin de ma tétine au début". Nous lui avons dit qu'il ne s'en fasse pas trop pour ça, qu'il laisserait sa tétine quand il se sentirait prêt et que nous lui faisions totalement confiance pour y arriver quand ça serait le bon moment. 3 jours plus tard, il me demandait de ranger sa tétine dans un endroit secret. Il ne la plus JAMAIS réclamé !

Si je parle de notre expérience avec la tétine aujourd'hui, c'est parce que ma fille va avoir deux ans et que ça y est, les réflexions recommencent. Aujourd'hui, forte de notre experience et plus confiante en moi-même comme en mes enfants, j'ose répondre simplement que Lizon arrêtera de prendre la tétine quand elle se sentira prête et que nous avons tout à fait confiance en elle. J'ose répondre qu'il est facile de blâmer un enfant qui s'accroche à cet objet alors que c'est nous-même, adulte, qui le lui avons donné au départ. Enfin, j'ose ne rien faire de spécial pour m'en débarraser car je sais que ce besoin s'estompera de lui même en grandissant...Bref, je lui lâche les baskets avec sa tétine !

Et chez vous ? la tétine fait-elle aussi parler d'elle ?

Posté par rayures-et-pois à 11:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

03 mars 2017

Ses 5 ans...à Disney !

 Il y a déjà plus d'un mois, Eliot a eu 5 ans.
5 ans, c'est important. Pour moi c'est l'âge où l'on sort de la "petite enfance" pour entrer dans l'enfance, où l'on devient un vrai petit garçon, plus un bébé quoi ! Pour ce moment spécial, j'avais très envie de lui faire un cadeau spécial, magique. Nous avons choisi un séjour à Disney, rien que lui et moi en tête à tête et c'était...parfait !

J'avais un peu peur qu'il soit encore un peu petit pour pleinement profiter de ce séjour. Mais en réalité, c'était l'âge parfait : il était encore assez petit pour apprécier toutes les attractions prévues pour les plus jeunes, assez grand pour pouvoir profiter et tester des vraies attractions de grands (pas toutes bien sur mais un certain nombre...), assez grand pour avoir l'endurance de marcher beaucoup et encore assez jeune pour se plonger totalement dans la magie du parc !

Grâce à une vente privée, nous avons pu profiter des deux parcs pendant 3 jours avec 2 nuits à l'hotel Santa fé, décoré selon le dessin-animé Cars dont Eliot est particulièrement fan. Cette formule était vraiment bien car nous avons profité de tout à notre rythme, sans se stresser. Je pense que pour pouvoir apprécier cette expérience avec un petit de cette âge, c'est important !

Nous sommes partis en semaine, en hiver (en plein dans la vague de froid) et hors vacances scolaires et je ne regrette pas du tout ce choix ! Il y avait peu de monde et nous avons pu faire et refaire nos attractions préférées sans attente ! C'était top.

Untitled-2

Ce qu'Eliot a préféré :

1. Buzz Lightyear Laser Blast

Je le cite, c'est son "attraction préférée de tout l'univers" et honnêtement je le comprends ! Vous êtes dans un vaisseau et vous devez aider Buzz l'éclair à combattre Zorg et ses robots... Pour cela vous avez un pistolet laser à disposition...C'est très bien fait et hyper ludique (j'ai vu des adultes autant à fond dedans que mon fils !).

IMG_20170119_150205_265

IMG_20170119_114438


2. Big Thunder Mountain

Attention, ça secoue et ça va vite. à bord d'un train lancé à pleine vitesse vous parcourerez la montagne et découvrirez ses mines ! J'ai hésité avant d'y faire monter Eliot...Et en fait il a adoré ! C'est un manège à sensation mais accessible à cet âge là je pense (en fonction du caractère plus ou moins intrépide de votre enfant bien sur).

IMG_20170119_140209
3. Ratatouille

Personnellement j'ai adoré ! Je comprends que ce soit l'attraction où il y ait le plus d'attente...N'hésitez pas à profiter des "fast pass" car ça vaut vraiment le coup. On se retrouve plongé dans une scène du dessin-animé à la taille d'un rat, c'est si bien fait fait (sensation de froid/chaud, odeurs, 3d) qu'on s'y croit vraiment !

4. Peter Pan's Fligth

A bord d'un bateau pirate, on survole Londre, direction le pays imaginaire ! Féerique...

5. Toy soldiers Parachute Drop

Un manège à sensation accessible au plus jeune (à partir de 81 cm) qui offre une super vue sur les deux parcs...

6 . Le labyrinthe d'Alice

C'est rigolo car Eliot n'a jamais vu Alice au pays des merveilles et pourtant il a adoré se perdre dans le labyrinthe !

aliceauxpaysdesmerveilles

7. It's a small world

Il s'agit d'une petite croisière qui se promène au milieu de scenettes animées représentant les différentes parties du monde. Attention vous risquez d'avoir la musique en tête pendant longtemps ! Ceci dit, l'ambiance est féerique et cela permet une pause agréable...

8. Les mystères du Nautilus

9. Cars Quatre Roues Rallye

Pour les amoureux de cars, c'est un incontournable parfait pour les plus jeunes !

DSCN5356
10. L'arbre de Robinson

DSCN5291

Voilà donc le top 10 d'Eliot pour ce qui concerne les attractions. Il a bien sur également apprécié tous les petits manèges : dumbo, les fusées, les tasses... Par contre il n'a vraiment pas aimé du tout le manoir hanté. Je ne pensais pas qu'il serait impressionné car dans mon souvenir ce n'était pas tellement effrayant mais il a été vraiment terrorisé ! Il s'est agripé à moi durant tout le tour et m'a fait promettre de ne plus jamais y retourner (oups, mauvais mère que je suis) !

DSCN5283Voilà à quel point il faisait froid...

DSCN5290

Mais au delà des attractions, nous avons également vraiment aimé les spectacles et la parade ! Même si à prioris, c'est ce qui m'attrirait le moins, j'avoue que je me suis prise au jeu de la magie et mes yeux ont pétillé autant que les siens !

DSCN5418
Le spectacle de la reine des neiges propose de retrouver les personnages du dessin-animé et de chanter avec eux toutes les chansons qui ont fait le succès du film... Les personnages chantent et dansent, c'est sympa ! En tout cas tous les enfants de la salle avaient l'air conquis !

DSCN5518
Nous avons aussi assisté au spectacle de la Jedi Academy. Les enfants peuvent apprendre des trcus de Jedi comme de vrais petits Padawans ! Ils participent ensuite à une petite mise en scene où ils doivent combattre Dark Vador lui-même ! Eliot était trop jeune pour y participer mais il a beaucoup aimé le spectacle.

DSCN5320

DSCN5344

DSCN5328

DSCN5352

Et bien sur, la PARADE ! C'est le moment magique à ne pas louper ! Nous avons ADORE voir tous les personnages sur leurs chars plus magiques les uns que les autres...

Voilà pour le récit de nos aventures à Disney...Si vous préparez votre séjour et que vous vous posez des questions n'hésitez pas ;-)

Posté par rayures-et-pois à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


17 février 2017

Frère et soeur : une relation en construction #2 {+test de magnets photo !}

Il y a un an et demi (déjà ?!!), je me posais des questions sur la relation qu'auraient mes deux enfants et je les observais s'apprivoiser... Aujourd'hui, qu'en est-il de cette relation frère-soeur ?

IMG_20170209_143459
Je ne vous cache pas qu'elle n'est pas reposante tous les jours ! Lorsque Lizon a commencé à marcher (et elle a marché à 10 mois donc c'est venu vite !), les choses se sont évidemment compliquées. Il a fallu partager, non seulement mes bras, mais aussi l'espace et les jouets. Pendant de longs mois, les crises de larmes, de jalousie, d'un côté comme de l'autre ont été nombreuses.

IMG_20170209_143431
A présent, les crises n'ont pas disparu mais les choses se sont apaisées. Eliot adore montrer des choses à sa soeur (y compris des bêtises) et Lizon passe son temps à copier scrupuleusement ce que fait son ainé. Ils commencent à partager des jeux, à comploter et établir des plans machiavéliques pour mettre la maison sans dessus-dessous (comment ça je suis trop négative, non non ils complotent je vous assure !), à construire une vraie complicité. Et ça me fait vraiment plaisir d'assister à tout ça !

Et de votre côté ? comment se passent les relations fraternelles ?

IMG_20170209_143528

IMG_20170209_143355

Je remercie Carteland de m'avoir permis de tester leurs magnets polaroïdes qui illustrent cet article. Avec leur aspect polaroïde et leurs imprimés, ils sont vraiment sympas et originaux, j'aime beaucoup ! Vous pouvez les retrouver ici. Carteland propose également de chouettes faire-part que vous pouvez découvrir par là.

Posté par rayures-et-pois à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 janvier 2017

Une histoire de pull

C'est l'histoire d'un pull. Un pull tricoté en grosses mailles bleues nuit. Un pull dans lequel on a envie de se réfugier, de se cacher même, quand la vie est un peu trop agitée ou qu'il neige un peu trop fort. Un pull doudou.

C'est un pull qui a du vécu. Il a senti naitre la vie plusieurs fois en dessous de ses larges mailles. Il a abrité deux générations de gros bidons attendant de livrer leur trésor.

Il est né sur les aiguilles de ma grand-mère, il y a un peu plus de 31 ans, pour ma mère qui ne l'était pas encore tout à fait. Elle l'a fait extra large, elle avait probablement eu l'intuition que je me ferai désirer et attendrai d'avoir dépasser le terme de 6 jours avant de me décider à venir faire connaissance...

Ma maman l'a donc porté en m'attendant. Puis je l'ai vu le porter le soir, dans la cuisine, en s'affairant à son quotidien de maman solo. Je me souviens qu'il était si large sur elle, qu'elle avait l'air toute petite dedans.

Et puis, le temps, la vie...J'ai grandi et j'ai eu à mon tour un ventre tout rond. Et le pull à repris du service. Ses mailles bien larges sur mon ventre tout aussi élargi. Et de temps en temps, quand il neige trop fort ou que la vie va trop vite, c'est moi qui doit avoir l'air toute petite dedans, aux yeux de mes enfants, quand je m'agite dans la cuisine à essayer de leur asaisoner l'existence.

Parfois, quand je le lave à la main, en en prenant soin comme s'il s'agissait d'une pièce de haute couture, je m'imagine qu'un jour, ce pull bleu nuit aux larges mailles tiendra chaud au ventre plein de vie de ma fille qui aura grandi...

Unehistoiredepull

Posté par rayures-et-pois à 09:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 janvier 2017

En Janvier, j'ai envie de...

En ce premier jour du premier mois de l'année, j'ai envie de partager avec vous ce que Janvier m'inspire...Mais d'abord je veux vous souhaiter une année douce et pleine de joie !Moyenne

9bbb7876cf23ec8c07ce13a9d5de6a97

En janvier, j'ai envie de :

- souhaiter une bonne année à tout le monde

- écrire mes 101 envies pour l'année qui commence

- manger de la galette des rois (plusieurs fois)

- fabriquer des couronnes avec les enfants

- fêter l'anniversaires d'Eliot

- débuter une nouvelle poutre du temps

- Commencer mon nouvel agenda

- déguster les nouveaux thés que l'on m'a offert à Noël

- tricoter

Et vous, que vous inspire le mois de Janvier ?

Posté par rayures-et-pois à 11:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

05 décembre 2016

10 choses à faire pour attendre Noël

J'adore Noël ! Et j'aime encore plus toute la période de l'Avent et l'atmosphère magique qui s'y rattache...

Voici les 10 choses que je veux absoluement faire en attendant Noël :

- Préparer des tas de sablés et de pains d'épices et en offrir à tous les gens qu'on apprécie

IMG_20141213_194456

- Réaliser de nouvelles décorations de Noël avec les enfants...L'an dernier nous avions fait des guirlandes en papier, cette année nous ferons des décorations en pâte à sel.

- Faire le tri dans les jouets. Depuis la naissance d'Eliot, c'est une tradition. Au mois de décembre, on trie les jouets et on rempli une caisse que l'on apporte au secours populaire. Ces jouets apporteront de la magie dans le Noël d'enfants qui n'ont pas la même chance que nous...

- Décorer le sapin

IMG_20161203_174552[1]

- Faire une photo de famille

- Créer des cartes de voeux

- Ouvrir chaque jour le calendrier de l'Avent

- Lire des histoires et des contes de Noël. J'ai mis une sélection de magazines et de livres de Noël à disposition des enfants... je les retire de la bibliothèque le reste de l'année ainsi ils gardent leurs saveur particulière le moment venu (et en plus ça libère de l'espace !)...

- Préparer des cadeaux pour toute la famille avec les enfants. Comme je l'ai expliqué par ici, nous ne faisons pas croire au père Noël à la maison et les enfants aiment recevoir des cadeaux mais adorent également en préparer aux autres pour faire plaisir...

- Faire le bilan de l'année écoulée et penser à mes envies pour l'an prochain.

Et vous, quelles sont vos traditions de Noël ?

Posté par rayures-et-pois à 13:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 décembre 2016

La quête du 100 %, ou comment j'ai flirté avec le burn-out maternel

Je suis une fille "100%". Je fais parti de ces gens dit "perfectionistes". Je ne suis pas du genre à me jeter tête baissée dans un projet, je réfléchis longuement avant de me décider. Mais si je choisi de le faire, je le fais à fond.

Aussi, le choix de la maternité a été plus que mûrement réfléchi. Adolescente, déjà, je savais que je voudrais des enfants, que je les voudrais tôt et que si je devais mettre des êtres humains au monde, ce serait pour le faire bien. Mais qu'est-ce que ça veut dire au juste bien faire quand on est parent ? La question est tellement vaste qu'elle donne le tournis. Aussi, comme à chaque fois que je décide de faire quelque chose, je me suis appliquée, en bonne élève, à me renseigner sur le sujet. J'ai regardé des émissions sur la parentalité bien des années avant de rencontrer celui qui deviendrait le père de ma progéniture, j'ai lu beaucoup, jusqu'à trouver quelque chose qui me parle. Lorsque j'ai découvert l'éducation non violente / bienveillante / positive (quelque soit le nom qu'on lui donne), j'ai été convaincue que c'est ce que je voudrais mettre en place pour mes enfants à venir. Je me suis nourrie d'Isabelle Filiozat, Catherine Gueguen, Thomas Gordon, et autres grands noms de ce courant...

Quand mon fils est né, et même avant sa naissance, je lui répétais que je ferais de mon mieux pour lui donner le meilleur. J'ai naturellement choisi de changer d'activité professionnelle pour faire quelque chose qui me permettrait d'être le plus souvent possible à la maison avec lui. Et s'il y avait des moments plus durs que d'autres, j'étais plutôt fière de moi en tant que mère et de nous en tant que parents. Mais si je sais que la perfection n'existe pas, j'ai tendance à croire que tout est perfectible. Et donc, je cherchais toujours à m'améliorer en tant que maman.

Quand ma fille est arrivée. Forcément ça c'est compliqué. Comment continuer à être autant disponible pour mon ainé encore petit et répondre aux besoins immenses de mon nouveau-né tout en gérant le quotidien, en préservant ma vie de couple et en maintenant une vie sociale acceptable ? Rien que de lire cette phrase, j'en attrape mal à la tête ! Pourtant, mon désir de bien faire, la quête du 100 % m'ont poussé à essayer tant bien que mal à y arriver. Et comme, je suis ainsi pour à peu près tout ce que je fais, il était évidemment hors de question de lâcher du leste sur le 100% fait-maison non plus...Et ce, même si a 18 mois ma fille me réveillait encore plusieurs fois par nuit (j'en parlais ici)...

IMG_20160809_163635

La vérité, c'est que durant 18 mois, je me suis épuisée.

J'ai commencé à me poser des questions sur ce qu'il m'arrivait au mois de juillet. Cela faisait déjà plusieurs mois que je me sentais très fatiguée, pas un jour ne se passait sans que je me dise au moins une fois "si seulement je pouvais dormir un peu". Mais avec les vacances scolaires et donc, deux enfants en permanence à la maison, cela s'est vraiment intensifié. D'autant que tous nos week-ends étaient accaparés par des invitations à des anniversaires, mariages, ou autre événements bookés des mois à l'avance et difficilement annulables nous obligeant à nous coucher tard et faire de la route...J'ai commencé à devenir de plus en plus irritable, principalement avec l'Amoureux car j'employais toute mon energie à garder mon calme durant la journée avec mes petits pois.

Le mois d'août à été salvateur. Enfin des vacances. Enfin, je n'étais plus seule face à mes enfants. Durant toutes nos vacances, je me suis sentie soulagée et heureuse...Mais plus la rentrée approchait, plus mes angoisses revenaient. Mon amoureux allait repartir au travail et de mon côté la valse du quotidient, si éreintante, allait reprendre...

Au mois de septembre, j'ai eu la sensation de couler tout doucement. Je me suis surprise à crier sur les enfants de façon de plus en plus régulière. Et surtout, je ne ressentais presque plus aucune joie à m'occuper d'eux. Et je culpabilisais. TOUT LE TEMPS. Je me réveillais chaque matin en pensant "Oh non, pas déjà" et je m'endormais chaque soir en me demandant comment j'allais faire le lendemain. Je me repassais le film de mes journées en me disant que j'aurais du faire ceci ou réagir comme cela et je me sentais chaque jour un peu plus nulle, un peu moins sure de moi, me promettant néanmoins de faire plus d'efforts le lendemain.

Voilà, moi, jeune maman créative de deux adorables petits pois, maternante, pratiquant autant que faire ce peut l'éducation non-violente et écolo convaincue, je me suis épuisée dans la quête du 100%.

J'ai lu un article du blog Seinplement pour moi qui a largement inspiré mon titre et qui parle du deuil du 100% à faire lorsqu'un deuxième enfant arrive. Je me suis tellement reconnue dans ce témoignage ! Je vous l'avoue, en le lisant j'ai pleuré à chaudes larmes... En voici un passage :

"J’ai voulu mourir la première fois où, tout à coup, un comportement m’a fait lever le ton. Pas juste un ton ferme, non, le ton d’une mère qui veut protéger son bébé ou qui est juste trop épuisée pour être empathique aux émotions de son bambin. Une mère qui ne gère plus ses propres émotions. Ensuite, il y a eu la culpabilité. Non seulement je criais, mais en prime je n’étais plus autant disponible. "

L'arrivée d'un nouvel enfant dans la famille signifie aussi faire le deuil de ce qui a été avant pour pouvoir trouver un nouvel équilibre.

Attention, je n'accuse en rien les preceptes de l'éducation que j'ai choisi de donner, ni ne remet en cause le bien fondé d'un mode de vie plus sain pour soi et pour la planète. Mais, à trop vouloir bien faire, je me suis perdue. Ne dit-on pas que le mieux est l'ennemi du bien ?

Ce que j'ai oublié en chemin, c'est que pour pouvoir prendre soin des autres avec bienveillance, il faut commencer par soi-même.

Heureusement, je suis bien entourée. J'ai un amoureux formidable qui a vite remarqué que ma fatigue se transformait en quelque chose de plus profond et qui m'a accompagné du mieux qu'il a pu vers un "aller mieux". Et de mon côté, j'ai pris conscience que trop c'est trop. J'ai pris le temps de me reposer, j'ai passé des après-midi à faire la sieste, des week-ends entiers sans m'occuper des enfants, j'ai refusé des invitations et j'en ai accepté d'autres, je suis retournée au ciné avec des copines, au resto...des choses simples mais que je ne faisais plus depuis la naissance de Lizon. J'ai remis en question mon mode de fonctionnement et mes désirs irréalistes concernant la maternité (ou du moins j'essaye, ces choses là ne se font pas du jour au lendemain...). Aujourd'hui je me sens bien mieux et je me plais à croire que cet épisode est derrière moi. Même si je me sens encore fragile, j'aspire à plus d'indulgence envers moi-même, à plus de lacher prise... A ce sujet, la lecture de cette article écrit sur le blog Maman bienveillante m'a fait un bien fou ! Je vous invite à aller y jetter un oeil...

Si j'écris cet article "témoignage" aujourd'hui, c'est parce que je trouve que le travail des parents (et encore bien souvent surtout celui des mères) est paradoxalement à la fois soumis à une pression de dingue et  à la fois sous-estimé voire méprisé. Lorsqu'un parent, le plus souvent une mère, se plaint de ses journées fatigantes elle ne trouve que très rarement une oreille attentive et soutenante. On lui répond qu'elle les a bien voulus ses enfants, ou qu'elle n'a qu'a faire ceci ou cela, ou on l'ignore en lui répondant "ben dis donc qu'est-ce que ce serait si tu travaillais" / "m'en parle pas, au boulot pour moi aussi c'est la folie en ce moment" ou encore "Eh oui, j'ai eu des enfants moi aussi, chacun son tour" (speciale dédicace à mes parents)... Rares sont les personnes qui m'ont entendues et dit simplement "je comprends, c'est très dur d'élever des enfants". On se sent alors très seule, isolée, se demandant pourquoi les autres y arrivent et pas soi. Le manque de reconnaissance évidente pour ce que l'on fait au quotidien et cette solitude contribue largement à ce mal-être et cette fatigue psychologique (qui s'ajoute à la fatigue physique).

Donc, pour conclure, je voudrais dire à toutes les mamans (et à certains papas) qui flirtent eux-aussi avec le burnt-out, que non vous n'êtes pas seul-e-s à pédaler dans la semoule, à avoir l'impression de ne pas y arriver. Et que non vous n'êtes pas nuls, vous avez justes besoin de repos et d'être soutenus. Parfois faire aveux de faiblesse c'est aussi faire preuve d'un grand courage et demander de l'aide n'est pas une honte.

Je vous laisse avec un autre témoignage en vidéo...et vous avez-vous déjà ressenti cet épuisement ? comment en êtes-vous sorti ?